Un Histoire du Réussite

Un déviant positif est quelqu’un qui s’écarte de la norme d’une façon qui impacte positivement sur la communauté. Un but de base de Osez Innover | La Conférence de l’Entrepreneuriat Social est d’insérer un groupe de déviants positifs motivé et formé dans les communautés qui ont besoin de nouvelles idées et innovations pour le développement de l’Économie Guinéenne. En même temps, On ne doit pas ignorer les déviants positifs qui existent déjà dans nos communautés et qui ont utilisés des affaires pour résoudre des problèmes sociaux. Un tel déviant positif est Mamadou Seylu Diallo, un entrepreneur de 36 ans qui habite à Labé, Guinée. Il a ouvrit plusieurs entreprises partout dans la ville de Labé et dans son village natal de Kalan (25 kilomètres de Labé) grâce à sa première entreprise sociale. L’histoire suivante explique pourquoi il a commencé sa première entreprise et ses esprits pour l’avenir.

« Quand j’étais enfant, j’ai commencé à remarquer que le plus souvent les problèmes de ma communauté étaient focalisés autour de l’argent. Il ne semblait jamais être assez. Le plus de revenus, nous avons fait, des obligations supplémentaires sont apparues. Nous n’avons jamais été en mesure d’avoir un excédent. Et j’ai vu comment le manque d’argent ou aussi d’avoir plus d’argent que le reste de la communauté affectait mes voisins et ma famille. Même à mon jeune âge, j’ai trouvé que l’argent est la chose la plus importante dans le monde, mais aussi la plus dangereuse. Nous avons besoin d’argent pour avoir une bonne vie, une bonne santé, et le plaisir. Mais si nous ne pouvons pas faire des revenus suffisants, nous mourrons.

En grandissant, je suis devenu obsédé par trouver comment faire de l’argent, économiser de l’argent, et préserver de l’argent afin qu’il ne disparaisse pas.

Je suis devenu un enquêteur. J’ai commencé à suivre les propriétaires d’entreprises à trouver leurs secrets. J’ai étudié la gestion d’entreprise à l’université, et a pris tous les cours d’entrepreneuriat que je pouvais. J’ai dévoré des livres sur l’économie, l’esprit d’entreprise, et la gestion.

À la suite de mes observations, j’ai trouvé que le secret de gagner et de garder l’argent est une bonne gestion de l’argent. La bonne gestion de l’argent crée de bonnes relations, tandis que la mauvaise gestion les détruit. J’ai ensuite été déterminé à trouver un moyen pour que ma communauté puisse mieux gérer son argent.

Il y a plusieurs années, j’ai trouvé une femme entrepreneur dont l’entreprise a piqué ma curiosité. Elle passait dans chaque petite entreprise, chaque table, chaque atelier, et les femmes ambulantes et prenait de l’argent de chaque entité. Je l’ai suivie pendant une longue période afin de mieux comprendre ses pratiques commerciales, et j’ai découvert qu’elle avait commencé une banque locale. Chacune de ses clients lui a donné le même montant par jour, et elle permettait d’économiser ce montant pour le client jusqu’à la fin du mois (qui est le temps conventionnel pour accéder a cet argent). De cette manière, ils ont pu sauver leur argent. Pour ses services, chaque client donnait a cette femme un jour de leurs économies pour le mois. Par exemple, si je décide de sauver 10.000 FG par jour avec cette banque communautaire, à la fin du mois je vais sauver 300.000 FG et je vais payer 10.000 FG pour le service.

Dans notre culture, un type de service comme celui-ci est inestimable pour la gestion de l’argent pour plusieurs raisons. Les communautés guinéennes sont très solidaires. S’il y a un besoin dans la communauté, il est absolument nécessaire que tous les membres de la communauté qui sont capable contribuent à la question. Si vous avez de l’argent qui est disponible, il est nécessaire de donner quand quelqu’un a besoin. Ce service aide les membres de la communauté à économiser leur argent en le rendant plus difficile d’accès au cours du mois. Si un membre de votre famille ou un voisin demande de l’argent, vous pouvez honnêtement dire que vous n’avez pas d’argent disponible. Ce système est plus garantie que les banques traditionnelles, parce que la communauté sait avec les banques traditionnelles, il est possible de retirer de l’argent à tout moment, rendant ainsi votre argent disponible au moment de leur demande. Vous n’aurez donc aucune excuse pour refuser vos fonds. C’est la même chose que si vous gardez votre argent à la maison, ou dans votre poche. Avec un contrat avec la banque communautaire, tout le monde sait qu’il est impossible de retirer de l’argent jusqu’à la fin du mois, lorsque la demande de la communauté est généralement plus urgente.

Impressionné par cette idée, je me suis approché de la propriétaire de l’entreprise avec une proposition de partenariat. Je voulais élargir ses opérations et de toucher une plus grande partie de la population. Elle a accepté ma proposition. Au début, elle comptait 200 clients. Maintenant, nous avons plus de 1000 clients dans le plus grand marché de Labé, et nos bénéfices sont plus de 8.000.000 FG par mois.

Dans l’avenir, nous espérons pouvoir continuer à faire croître l’entreprise. Nous voulons servir beaucoup plus des marchés dans la zone de Labé et d’ouvrir un bureau fixe. Les bénéfices de cette entreprise nous ont permis d’ouvrir plus d’entreprises, d’accroître notre niveau de vie, et d’aider la communauté à la fois. »

-Fatumata Binta Bah (Wiatta Thomas)