Plus Facile à Faire des Affaires

Pendant la semaine passée, la Banque Mondiale et la Société Financière Internationale ont publié leur édition 2014 de leur rapport annuel The Ease of Doing Business Indicators ou les indicateurs du facilité des opérations des affaires (EDBI). Les EDBI sont la façon que la Banque Mondiale tante à mettre en chiffres l’expérience du démarrage et l’opération d’une entreprise dans 189 des pays du monde. Ses baromètres comprennent des mesures comme le montant de temps typique de l’enregistrement d’une nouvelle entreprise au niveau du gouvernement, le pouvoir des entreprises à faire respecter des contrats, et même des mesures plus basiques comme la disponibilité de l’électricité.

Bien qu’il y ait beaucoup de controverse par rapport à ces indicateurs, (le Wall Street Journal[Anglais] a noté que même l’agence de control de la Banque Mondiale à identifié plusieurs domaines de critique avec le rapport), les EDBI reste un bon mesure de plusieurs aspects d’affaires partout le monde.

Les EDBI n’est pas une histoire bien suivit aux États-Unis (qui est vers le sommet des rangs), mais en Guinée, les résultats des indicateurs se sont apparu dans plusieurs articles majors des journaux informatiques. Ce jeudi passé, les articles concertants ou liés au nouveau rapport des EDBI faisaient partis d’au moins quatre articles différents du site guineenews.org.

Heureusement, l’attention a signalé une hausse des chiffres de la Guinée. Bien qu’elle n’ait pas fait autant de progrès que le Rwanda, le pays le plus dynamique de 2014, la Guinée a augmenté quatre rangs (de 179 en 2013 à 175 en 2014). Une grande partie de ces améliorations vient des accomplissements dans les catégories de la Création d’Entreprise, et le Transfert de Propriété au niveau des reformes gouvernementaux. En particulier, le gouvernement a rationalisé la publication des avis de constitution, réduit les frais de notaire[Anglais], et diminué les impôt liés au transfert de propriété [Anglais].

Dans une communiqué de la Banque Mondial publié sur guineenews.org, a félicité le travail de la Ministère de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises, Rama Bah, qui a poussé la création de ces réformes. La Ministère et son marie ont commencé leurs carrières en formant les stagiaires du Corps de la Paix aux États-Unis pendant les années soixante, et les deux ont beaucoup aidé le mouvement Osez Innover. La Ministère a fournit du conseil aux organisateurs de la Conférence, et son marie était l’un des doyens de plusieurs participants.

Bien que la Guinée reste toujours le 175 de 189 pays, ce progrès au niveau de la Création d’Entreprise est de bonnes nouvelles pour la génération prochaine des entrepreneurs guinéens, et nous sommes ravis à voir les résultats du travail de nos partenaires, et nous croyons que leur travail annoncera un avenir innovateur et prometteur pour les entreprises guinéennes.

-Ibrahima Diallo