L’Internet, Peut-il Améliorer les Systèmes d’Education dans les Payées en Développantes?

Ici en Guinée, ma ville s’arrive au carrefour. Bien qu’on manque souvent le courant, et des ordinateurs viennent d’arriver, presque chaque femme, jeune, et vieille garde au moins un téléphone portable. Les kiosques à côté de la route ont commencé à fournir les services d’impression informatique, et les boutiques qui vendent des ordinateurs portables sont en train d’apparaitre. Les cafés cybers sont tellement occupés, et leurs concurrents ont démarré aux endroits inattendus. Les Bureaux des banques, institutions de microfinance, et ONG’s tous gardent des ressources informatiques que leurs employées utilisent chaque jour. Même l’ordinateur personnel a commencé à faire entrer aux ménages (à mon bureau, au moins un tiers du staff possède un portable…mais tout du staff a ouvrit un compte avec le Facebook). On peut imaginer facilement un avenir où l’ubiquité des téléphones portables devient celui des téléphones intelligents, et les cybers deviennent plus et plus nombreux avec les connexions plus rapides et des panneaux solaires.

Malgré l’impact des nouvelles technologies, la Guinée fait face aux problèmes intimidants. Peut-être le plus pressant de ces problèmes est le manque d’opportunité pour la jeunesse (les gens de l’âge 15-35), qui sont 75% de la population. La situation s’est traduite au taux élevés du chômage : 70% des Guinéens moins de 25 ans de l’âge cherchent du travail.

Le problème est exacerbé par l’état du system de l’éducation. En ville ici, les classes de plus de 100 élèves s’arrivent fréquemment. Les enseignants ne sont toujours bien formés, et les programmes d’études manquent souvent. S’il y a des textes, ils ont souvent des erreurs, et la façon d’instruction est mémorisation par cœur.

Cette approche semble très démodé par rapport aux ressources vaste de l’internet, et la pédagogie moderne. Pourquoi mémoriser des faits quand Google.fr peut vous donner la réponse ? Oubliez une date historique ? Allez vers wikipedia.fr, « Le projet d’encyclopédie libre que vous pouvez améliorer. »

Un nouveau type d’entreprise sociale : Les cours en ligne ouverts et massifs (ou MOOC en Anglais) prennent un pas plus loin. Aux ans récents, l’Université Harvard, MIT, l’Université Berkley, et le system des Universités de l’Etat de Texas ont commencé à collaborer sur Edx (www.edx.org), un projet ambitieux pour faire leurs cours disponibles et gratuits en ligne. Ces cours sont plus qu’un série des notes et vidéos. Edx fait aussi leurs cours interactives avec les collections des problèmes qui sont noté automatiquement ou via le Crowdsourcing. En plus, Edx constante les habitudes de ses participants pour savoir quelles stratégies d’enseigner sont les plus effectives. L’année passée, Edx a offrit son premier cours. 7 157 étudiants ont terminé le cours avec succès. Mais Edx n’est pas seule. Coursera (www.coursera.com), et Udacity (www.udacity.com), sont soutenus par les grandes universités et beaucoup de financement. Ils ont déjà achevés des résultats impressionnant aussi.

Pour ce qui cherche de l’instruction au niveau plus fondamentaux, le Khan Academy fournit des vidéos qui expliquent les sujets plus fondamentaux. Salman Khan a commencé le Khan Academy après les vidéos Youtube qu’il a utilisé à enseigner sa cousine ont explosé en popularité, incitant Khan à se consacrer à créer l’instruction claire des matières fondamentaux en ligne. En 2012, le magazine Time a mis Salman Kahn parmi les 100 personnes plus influentes du monde, et le magazine Forbes a publié un grand reportage de Kahn le 19 November 2012.

Ces organisations sont inspirant parce qu’ils font disponible à tous les ressources éducationnelles qui étaient réservées seulement pour ce qui avaient eu la chance d’être s’inscrit aux universités et lycées élites. Lorsque ces ressources certaines sont difficile à accéder en Guinée (par rapport au niveau de la connexion), il y des autres comme le Kahn Academy, qui sont déjà disponible. Par ailleurs le plus de technologie vient en Guinée, le plus atteignable ces autres ressources promettant deviendront.