Le Cœur, l’Intelligence, Le Cran et La Chance

Est-ce que tu te connais ?

Je veux dire, vraiment ?

Quels sont tes atouts ? De quoi es-tu passionnée ? Où vois-tu l’injustice, l’inégalité, l’inefficacité, et où est-ce que tu veux être diffèrent que le statu quo ?   Qu’est-ce que tu veux changer ?

Récemment j’ai lu un article dans la Harvard Business Review, écrit par Anthony Tjan. L’article parlait des entrepreneurs, et il disait que la qualité, parmi  toutes les autres, qui est de manière évidente dans chaque entrepreneur, gérant ou leader, n’est pas nécessairement celle d’être « innovateur », « audacieux » ou encore quelqu’un qui prend des risques. Non !

(Quoi ?! J’ai pensé que nous aimions l’innovation, la créativité et tout ça! Alors, c’est quoi ?…)

Cette qualité c’est la connaissance de soi.

Comme Tjan le dit dans son livre, Heart, Smarts, Guts and Luck, la meilleure tactique que les leaders peuvent suivre pour améliorer leur efficacité, est de devenir plus conscient des motivations et des intentions qui déterminent leurs décisions. Comme Tjan le dit, la base de tout ça exige l’honnêteté intellectuelle, l’engagement rigoureux, et une recherche active de la vérité. Il dit, « … c’est précisément cette conscience de soi qui permet aux meilleurs entrepreneurs de marcher sur la corde raide du ‘leadership’ : en projetant leurs convictions  tout en étant assez humble pour être ouvert aux idées nouvelles et aux opinions divergentes. »

(Mais, comment est-ce que je ne pourrais pas me connaitre ? —Peut être tu me demandes—j’ai vécuavec moi-même depuis ma naissance ! … Qu’est-ce que tu veux dire quand tu dis, ‘est-ce que tu te connais’ ?)

Sans s’écarter trop loin dans la philosophie, la connaissance de soi a longtemps été considérée comme le PLUS haut niveau, en fait l’essence principale de toute connaissance. En fait, la connaissance de soi est considérée comme étant le défi universel par plusieurs philosophes Grecs; du fait que nous sommes toujours en changement, en temps qu’ êtres humains, la connaissance de soi est une recherche sans fin.

Alors, si nous sommes toujours en changement, comment est-ce que nous pouvons nous connaitre nous-mêmes ? Comme les leaders potentiels, ou  les leaders confirmés, entrepreneurs, etc., comment pouvons-nous être plus conscients de nous mêmes pour être plus efficace dans nos réalités journalières?

Tjan nous donne trois étapes pour atteindre une meilleure la connaissance de soi :

 

1. Tester et mieux se connaitre soi-même. Utilisez les tests déjà développés comme le Myers-Briggs, Predictive Index et Strengthsfinder pour faciliter le processus de réflexion. Avec la réflexion, nous approchons mieux de la connaissance de nous-mêmes. Aussi, prenez un test développé par Tjan, le Entrepreneurial Aptitude Test, qui évalue quatre caractéristiques clés qui conduisent l’entreprise et le succès entrepreneurial : le Cœurl’Intelligence, le Cran et la Chance.

Parmi un group de 500 entrepreneurs globales, 50% était Cœur-dominant (lire du Cœur ici : http://www.hsgl.com/book-excerpts.php), 25% était Chance-dominant, 15% Cran-dominant et 10% Intelligence-dominant.

Connaitre la caractéristique principale qui détermine tes décisions et ton comportement est très important pour augmenter ta probabilité de succès (encore une question pour toi-même : comment est-ce que tu définirais le ‘succès’ ? C’est quoi, pour toi ? Pour la société ? Est-ce que les deux définitions sont les mêmes ? En connaissant la réponse à ces questions, nous nous guidons mieux dans les décisions professionnelles et personnelles).

 

2. Regardes toi toi-même et apprends. « Quand vous prenez une décision … écrivez ce que vous pensez qui arrivera suite à cette décision. Neuf ou 12 mois après, comparez les résultats avec ce que vous avez pensé qui arriverait. » Peter Drucker a décrit  cette stratégie dans son article, Managing Oneself, en l’appelant le processus de réflexion sur soi-même, la façon de découvrir ses forces.

Plusieurs personnes, incluant Warren Buffett, utilisent cette méthode. Buffett, par exemple, écrit les raisonsqui expliquent toute décision d’investissement et après, il compare et regarde ce qui va, ou ce qui ne va pas et pourquoi.

Cette pratique oblige à focaliser ses énergies non seulement sur le « quoi », mais aussi sur le « POUR quoi », et il oblige la personne à voir la vérité et à accepter l’échec quand les résultats ne sont pas à la hauteur des objectifs. Sinon, « La rationalisation backward » est une des raisons majeures qui explique pourquoi beaucoup de gens ne progressent pas dans la connaissance d’eux même et leur propre développement.

 

3. Etre conscient des autres, aussi. La connaissance de soi est cruciale quand tu construis une équipe. En connaissant tes forces et tes faiblesses, et aussi celles des autres, tu es mieux placé pour construire une équipe très efficace avec des gens qui se comprennent et se complètent. Les meilleures équipes sont rarement construites de gens similaires ; d’habitude, elles sont construites par une diversité de personnes qui se complètent.

 

Alors, ici nous finissons avec la trinité de la connaissance de soi:  te connaitre toi-même, t’améliorer et t’entourer de personnes complémentaires. Comme Tjan dit, ces principes ne sont pas suivis naturellement car les gens souvent n’aiment pas se confronter à la vérité.

Et comme Tjan dit, « l’honnêteté intellectuelle, l’engagement rigoureux et la recherche active de la vérité sont la base de la découverte et de la connaissance de soi. »

 

Prenez les premières étapes, commencez la réflexion sur vous-même, et voyez pour vous-mêmes! www.hsgl.com.