La Jeunesse Guinéen sur l’Entreprenariat Social

La jeunesse est le futur de la Guinée. Nous croyons qu’il y aura un grand changement à l’avenir vers une culture d’entrepreneurs. Donc, la jeunesse est l’entrepreneur du futur qui dirigera ce changement. Je parlais à quelques jeunes de la Guinée pour trouver ce qu’ils pensent de et leurs expériences avec l’entreprenariat social en Guinée.

J’habite à Dalaba, et j’ai enseigné un cours d’entreprenariat à l’université en ville. J’avais 150 étudiants, et j’élaborais un rapport. Je me suis assis avec quelques participants potentiels de la conférence Osez Innover, qui ont une compréhension de l’entreprenariat à cause du cours, pour poser quelques questions. J’ai trouvé leurs idées en général de l’entreprenariat social intéressants, ayant une idée différente de raison comparée aux résultats. La première question que j’ai posée était leur interprétation des différences entre l’entreprenariat social et l’entreprenariat « traditionnel ». Ils étaient tous en d’accord qu’une entreprise sociale est créée afin d’avoir un impact social, mais les exemples qu’ils ont donné étaient : le vente des ordinateurs ; un service d’impression à l’université ; la production de pomme de terre ; la production de la farine ; etc. Leur défense de pourquoi celles-ci sont les entreprises sociales est qu’ils ont un effet social sur le client à la fin : lorsqu’on a un ordinateur, one peut être un étudiant meilleur et apprend l’informatique ; s’il y a un service d’impression à l’université, les étudiants ont accès à imprimer les documents scolaires ; on a un besoin de manger, donc la production de pomme de terre et farine fourni une solution à ce besoin. En pensant des exemples des entreprises sociales, ils pensaient des résultats. Même si les raisons de lancer une entreprise sont financières, ils trouvent toujours les résultats sociaux de cette entreprise. Ils sont inconsciemment en position que toutes entreprises sont, en fait, sociales.

Je crois qu’ils ont ce point de vue – que toutes entreprises sont sociales – parce qu’il y a tellement peu d’entreprises. Il y a tellement beaucoup de besoins et opportunités en Guinée et tellement peu d’entreprises fournissant une solution, que quand il y en a, il y a un impact social immédiate et apparent. Aux Etats-Unis, il y a une pléthore d’entreprises, et chacune a une niche spécifique afin de réussir contre toute la concurrence. Nous voyons que les résultats de toutes ces entreprises peuvent avoir un impact social, mais nous définissons l’entreprenariat social en parlant aux raisons – ca veut dire, que leur objectif primaire est de maintenir ou améliorer les conditions sociaux dans une façon qui est plus simplement d’être rentable. Elle est l’idée d’un impact social que vienne premièrement ; développant cette idée jusqu’une entreprise possible et rentable en deuxième position. Lorsqu’une nouvelle entreprise lance aux Etats-Unis, nous ne la voyons pas immédiatement comme une entreprise sociale, il n’y a pas un besoin directe pour une quantité d’entreprises plus haute. Cependant, en Guinée, avec chaque nouvelle entreprise, la communauté va bénéficier simplement d’une autre activité génératrice de revenu.

Le plus que nous discutions, le plus qu’ils commençaient de comprendre et apprécier les uniques raisons sociaux d’une entreprise sociale. Une de mes étudiants m’a donné l’exemple de Sur-Eau – une organisation qui était lancée à cause de problème d’eau propre pour boire. Sur-Eau est un produit d’eau-purification disponible pour moins-cher en Guinée, fournissant l’eau propre pour boire pour n’importe qui, n’importe où. Mes étudiants commençaient à donner plusieurs opportunités pour l’entreprenariat social en Guinée, et l’impact social énorme qu’ils pourraient faire. Avec le soutien de la conférence Osez Innover, les opportunités d’entreprenariat social seront saisis, ayant un impact social pas simplement en augmentant le nombre d’entreprises en Guinée, mais aussi en améliorant les vies des Guinéens par accomplissant leur objectif primaire – leurs raisons pour améliorant les conditions sociaux.

Kenny Lawrence
Volontaire du Corps de la Paix Développement Economique Communautaire