La création de l’Infrastructure créative

Si vous avez visité ce blog, même un fois, vous savez qu’Osez Innover valeurs de créativité. Une fois le domaine des artistes, la créativité est maintenant considérer une compétence nécessaire pour survire dans le monde d’affaires. En fait, dans une étude d’IBM en 2010 de 1500 PDG, créativité était nommé l’élément plus crucial pour le succès dans l’avenir. Les PDG créatives sont plus apte faisant les changes à leur modèles d’affaire, invitent l’innovation disruptif, sont confortables avec l’ambiguïté, modifient le statu quo et inventent les nouvelles façons de fonctionner. Si la liste des compétences à un air familier, c’est parce que tous ces compétences la étaient exposés par nos participants réussissant d’Osez Innover. Sans créativité, la valeur n’est pas créée. Les problèmes d’aujourd’hui soient là demain. Rien n’avance.   

La bonne nouvelle est que la créativité peut être acquise! Une étude commune entre Harvard et INSEAD a découvert que la créativité est une compétence 85% acquise. L’avenir est dans vos mains. Vous pouvez commencer de faire les exercices de la créativité aujourd’hui! Malheureusement, votre avenir créative n’est pas à vous complètement. Les facteurs externes ont une influence forte dans le niveau de créativité générale dans une société. Imagine: How Creativity Works (Imaginez : Comment fonctionner la créativité) par Jonah Lehrer  utilise Conakry comme un exemple de comment le gouvernement peut empêcher la créativité. Il partage une image très familière à moi. Une image que je serai toujours associée avec mes premières moments en guinée. L’image est des centaines des étudiants venues à l’aéroport pour faire leurs devoirs sous les lampes du parking parce qu’ils n’ont pas eu le courant chez eux. Imaginez si tous les étudiants peuvent se focaliser sur l’apprentissage en lieu de la chasse de lumière. Imaginez où serait la guinée aujourd’hui.

Juste parce que Conakry est utilisé comme un mauvais exemple maintenant, ne veut pas dire que il est condamné à ce destin pour tout l’éternité. Nous sommes créatives. Nous dérangeons le statu quo. Il y a des initiatives que les villes peuvent entreprendre d’augmenter leur niveau de créativité de leurs peuples.

Lawrence Barriner, un candidate de maitrise d’urbanisme à MIT était invité de partager son perspective avec notre équipe. Il a dit, « Un façon que les villes peuvent utiliser d’encourager l’innovation est d’assumer la tache de fournir les infrastructures nécessaires pour que la créativité puisse prospérer. L’énergie, le transport, la santé, l’eau, et l’hygiène publique sont de base, mais sone souvent trop cher pour les acteurs privés. Par la soutenance ou subventionnement de la création et opération de ces systèmes, les villes peuvent libérer leurs citoyens de dépasser la survie et se focaliser sur les efforts créatives. »

La première étape pour la guinée (et les autres pays sous-développés) est de satisfaire un niveau minimum de l’infrastructure, mais est ce qu’on doit s’arrêter là ? « Un autre tendance émergent dans les villes que veulent encourager l’innovation est d’être favorable aux politiques que promouvoir la partage des ressources et décourage la gaspillage. Par exemples, l’état de

Massachusetts a adopté un plan de réduire le gaspillage de nourriture par 80% par 2050; il a non seulement pousser les entreprises de considérer la création de la gaspillage mais aussi crée un avantage pour les entreprise qui se concernent avec les services de la compostage, le recyclage et la réapplication » ajoute Barriner. Dehors le travail de nos collègues dans l’assainissement de Dalaba, la guinée n’a pas un système de gestion des déchets. C’est une opportunité pour le pays d’installe l’innovation dans le service à la base.

La créativité est possible. La créativité est cruciale. Le niveau de la créativité dans notre région explosera alors que nos innovateurs appliquent la puissance créatrice aux problèmes qui freine la créativité des leurs concitoyens aujourd’hui. Que faites-vous de rendre la guinée (ou votre pays) un pays ou la créativité prospère? Je suis à l’attente.

 

– Meghan McCormick & Lawrence Barriner

Lawrence Barriner, II is a Masters candidate in MIT’s Department of Urban Studies and Planning. His work in the planning domain is centered on the food system and its relationship to communities. His primary interests are urban agriculture, collaborative and conscious consumption, and community-based economic development. He can be reached at lqb at mit dot edu.