Eclairer la Nuit à Travers l’Entreprise Sociale | Lighting the Night Through Social Enterprise

Apres vingt-deux ans en prenant l’électricité pour acquis, Je peux finalement comprendre le changement de vie causé par l’invention de l’ampoule. Alors que je vivais aux Etats, les journées étaient longues. D’aller au lit à 23 heure était en avance ; habituellement je lirais, travaillerais ou blaguerais avec les amies jusqu’à 2 heures de matin. Mon nouvel heure du coucher est 21 heure. Après quelques heures d’essayer de continuer ma vie à la chandelle, J’abandonne, me couche et me lève avec le soleil. I comprend que c’est un luxe. Pour une femme qui dirige un ménage ou un étudiant essayant d’étudier ; pas d’électricité ne veut pas dire que ils peuvent l’abandonner et se coucher. Ils continuent par la lumière d’une bougie, une torche, un portable ou une lampe à pétrole. Ces sources de lumière sont chères et quelque parmi eux sont détruisant pour la santé.

Une organisation, Sustainable Development for All-SDfA (en francais le Développement Durable pour Tous) essaie de changer cette réalité. Avec les activités en Kenya et Malawi, SDfA fournit les lampes solaires aux communautés rurales. En Kenya, les familles pauvres utilisent jusqu’à 60% de revenue des ménages pour acheter le pétrole. C’est pas ton typique arriver-déposer-les-lanternes-vous-tape-dans-le-dos-pour-un-travail-bien-fait-et sortir programme. Il utilise les lampes comme un impulsion pour la développement économique. Premièrement, le fondateur, ayant grandi dans une région rurale du Kenya, connaît la difficulté de convaincre quelqu’un de changer. Pour réduire le coût de commutation ; SdfA dessine les lampes de ressemble les lampes traditionnelles et il donne aux femmes un première lampe gratuit avec un seule critère. Ca critère est si un femme accepte une lampe ; il faut joindre un groupement et contribuer tous l’argent que on peut épargner parce qu’elles n’achètent plus le pétrole à la groupement.

SDfA donne les formations aux groupements de comment créer et gérer un entreprise. Comme groupement, elles investissent dans la création d’une entreprise communautaire comme un jardin ou l’apiculture. Les bénéfices de ces activités sont retournés aux femmes. Dans les communautés ou SDfA travaille, les taux de décrochage du secondaire est passé de 7% à 5,3% et la diminution de la pauvreté absolue de 62% à 54,47% dans la période allant de 2007 à 2009. Les avantages sont si claire pour ceux qui utilisent les lampes qu’elles utilisent leur bénéfices pour acheter plus des lampes.

SDFA l’élève à un niveau supérieur. Les lampes solaires ne sont pas des modèles bon marché importés de Chine. Ils sont conçus pour être construit à partir de matériaux de récupération et des membres de la communauté sont formés pour les construire. Ce devient alors également une activité génératrice de revenus pour la communauté et assure qu’après SDfA se déplacera les lampes seront créés, réparés et remplacés. À l’heure actuelle SDfA s’appuie sur argent de la subvention pour financer leurs opérations, mais en tant que l’utilisation de lampes solaires alimentées devient plus répandue, ils peuvent capitaliser sur la tendance et créer un modèle de luxe à vendre à des clients plus
aisés à profit.

Pourquoi est ce que SDfA m’exciter ? La liste s’allonge encore et encore. Il est financièrement viable au niveau communautaire et est respectueux de l’environnement. Il utilise un accès abordable à la lumière pour l’autonomisation des femmes et des étudiants. Plus important encore, il a créé un modèle pour assurer que les économies réalisées en utilisant la nouvelle technologie sont directement investis dans des activités génératrices de revenus. À ce jour, plus de 30 projets ont été lancés avec ces épargnes. Je serais curieux de voir si quelqu’un pouvait créer une entreprise avec un impact égal mais en utilisant un modèle d’affaires au lieu d’un modèle de financement des ONG. Je crois qu’il est possible et qui sait, peut-être l’un de nos innovateurs audacieux sera la personne à le
faire!