Des petites boutiques aux grands rêves

M. Diallo gère une entreprise qui n’est pas exceptionnelle, ou si rare en Guinée. C’est une boutique qui vend du savon, des bougies, du jus, de l’eau minérale et des bonbons au bord d’une route principale d’une ville guinéenne. La boutique est petite, elle n’est pas impressionnante mais elle est bien située, et j’y achète des sachets d’eau presque chaque jour. Devant sa boutique, M. Diallo installe deux parasols ainsi que quelques chaises pour que ses clients puissent s’asseoir, discuter et observer les passants. L’un de ses principaux atouts est sa régularité. Sa boutique est ouverte de 9 heures à 18 heures pile du lundi au samedi.

M. Diallo gère ses affaires à cause de sa passion pour l’esprit d’entreprise et non pour se faire d’importants profits. Il aime pratiquer les techniques de comptabilité déjà acquises dans son entreprise et utiliser les nuances financières qui permettent la séparation de ses dépenses personnelles et commerciales. « Si je commence à mélanger les deux [dépenses]», m’a-t-il expliqué, « je risque d’utiliser tout l’argent de l’entreprise pour mes dépenses. » A fin d’éviter ce problème, il se fixe un salaire modeste et se rémunère aussi par un petit loyer pour le local que son commerce utilise. Le reste du bénéfice est acquis pour le développement de son l’entreprise. Le montant qu’il obtient à travers sa boutique est petit. En fait, ce montant ne dépasse même pas ce qu’il dépense pour nourrir sa famille mais il complémente ce revenu grâce à d’autres activités.

Bien que sa boutique ne lui procure qu’un petit revenu, M. Diallo juge l’entrepreneuriat très important pour la jeunesse de la Guinée. Pour lui, l’entrepreneuriat est non seulement une façon d’obtenir un moyen de subsistance mais aussi une raison d’être. L’entrepreneuriat est un pas vers une vie plus productive et constructive. « [L’Entrepreneuriat] fournit [aux jeunes] un revenu pour faire face à la vie » m’a-t-il expliqué.

J’embrasse complètement son point de vue. En Guinée, où l’économie sectorielle offre très peu d’emplois formels, l’entrepreneuriat offre aux jeunes une perspective plus optimiste sur l’avenir. Il leur offre un pouvoir à travers la question suivante : comment puis-je satisfaire mes besoins et mes aspirations de ma propre initiative ?

Je souhaite de tout mon coeur que la jeunesse guinéenne puisse exploiter l’entrepreneuriat non seulement comme un pas responsable vers un lendemain meilleur mais aussi comme des carrières qui amèneront à changer la Guinée. Pour atteindre ce rêve, la jeunesse de la Guinée aura besoin de l’innovation et de la créativité pour surmonter le statu quo.