Des ONGs aux entrepreneurs : L’importance de indépendance financière et pro-activité

Pour les trois mois derniers, j’avais fait une formation avec 16 Pairs Educateurs et les volontaires avec lesquels je travailledans le cadre de l’entreprenariat. Le but principal de l’organisation est de sensibiliser la communauté dans les domaines de la santé publique, tels que la santé maternelle ou la prévention contre le VIH/SIDA, mais ils ont voulu apprendre sur l’entreprenariat et j’ai été ravi de le faire. Une fois le programme terminé, sans m’informer, les volontaires se sont chargés de lancer une AGR, ou Activité Génératrice de Revenu. En utilisant les bonnes relations entre le chef de l’organisation et la nouvelle boîte de nuit qui vient d’ouvrir juste en dehors de la ville, l’organisation a commencé par organiser une soirée à la dite boîte, et en encaissant 10 pourcent des revenus de la soirée.

Les Pairs Educateurs ont profités de leursleçons de marketing, imprimant des affiches eten les distribuant stratégiquement aux clients cibles ;les jeunes dont ils ont pensés seraient leurs clients pour la soirée. Après, avec les coffres pleins de francs guinéens, ils ont eu l’opportunité de pratiquer leurs capacités de comptabilité pour suivre l’argent d’une façon transparente. L’organisation a gagné assez d’argent pour faire les impressions et plastifications des badges for chaque Pair Educateur, en ayant assez à la fin pour financer les formations à venir.

Un obstacle auquel j’ai été confronté en Guinée a étéd’amener mon organisation partenaire à se rendre compte qu’ils n’ont pas besoin d’avoir beaucoup d’argent pour réaliser leurs objectifs principaux. J’avais vu plusieurs organisations en Guinée devenir victime de cette mentalité – en attendant à ce que l’argent viennent au pas de leur porte sous la forme d’un bailleur de fond international ou un partenariat avec une autre organisation non-gouvernemental. Alors, franchement, j’étais étonné quand j’ai entendu les nouvelles de leur AGR. J’avais travaillé avec cette organisation pour plus d’un an et c’était la première fois je les ai vu prendre une initiative comme ça. C’était une surprise agréable et je ne pourrais pas être plus heureux.

Bien que je n’aie jamais parlé du sujet de l’entreprenariat sociale avec les volontaires, je pense que les Pairs Educateurs ont contribué à la cause àleurs propres façons. En forgeant leur propre indépendance financière, ils se sont donné le pouvoir de perdre leur dépendance sur les partenariats et recommencer à servir leur communauté. Et l’entreprenariat a été vraiment la clé en inclinant la balance d’autosatisfaction vers la pro-activité pour cette organisation. Je pense que cela souligne une leçon importante pour les volontaires, les entrepreneurset les autres qui prennent l’habitude d’atermoyer. Vous n’avez pas besoins d’attendre pour le changement de venir à vous. Avec une base solide et un bon dynamisme, c’est possible pour vous de prendre la situation en main et commencer à faire une différence aujourd’hui.

-Mustapha Barry (Chris Austin)