De Nouveaux Horizons avec des Moyens Inédits

Il est rare de recevoir des bonnes nouvelles de la Guinée. Je peux en témoigner, j’ai une alerte Google programmée sur mon ordinateur pour m’informer à chaque fois que le pays est mentionné dans les nouvelles du monde. Avant Ébola, la Guinée était à peine connue des médias mondiaux.

Récemment cependant, un partenariat sans précédent a eu lieu sur le sol guinéen qui mérite une plus grande attention des medias locaux et internationaux: Osez Innover a été choisi comme premier partenaire de la Fondation Rio Tinto.

Je confirme, c’est bien “The RioTinto Foundation” (pour ceux qui ne parlent pas le français).

La plupart d’entre nous ont entendu parler de Rio Tinto – la multinationale minière et métallurgique anglo-australienne avec une présence dans le monde entier dont plusieurs pays en développement. Nous savons qu’ils creusent le sol pour trouver des métaux et des minéraux précieux, mais peu de gens en savent autant sur ​​leurs partenariats de développement. Un exemple de ce qui est le fondement qu’ils ont récemment mis en place en Guinée avec pour seule mission d’avoir un impact positif sur le développement socio-économique du pays.

J’ai récemment eu la chance d’avoir un entretien avec Mark Slade, Directeur des programmes pour la Fondation Rio Tinto. Mark est un économiste britannique spécialiste du développement qui a été activement impliqué dans le lancement de la Fondation. Avec le classement de Forbes comme l’un des pays les plus difficiles au monde pour la création d’une entreprise, la Guinée demeure un défi pour une organisation telle que la Fondation Rio Tinto. Beaucoup ont essayé et échoué, ou n’ont tout simplement pas tente du tout.

Malgré ce défi de taille, la Fondation Rio Tinto n’a pas reculé.

Afin d’accélérer et d’approfondir l’impact de ses contributions économiques en Guinée, la Fondation Rio Tinto a été créée au début de l’année 2014. Dès le départ, elle a fait des efforts concertés pour s’aligner sur les objectifs nationaux de développement du pays, en s’appuyant ainsi sur un potentiel global pour un impact sur ​​le pays en général. Compte tenu de sa portée géographique, plutôt que de disperser ses efforts dans plusieurs secteurs de développement, la Fondation a lancé un programme avec une orientation claire sur le secteur de l’agriculture et de la sécurité alimentaire pour la Guinée.

À la mi-2014, la Fondation Rio Tinto était prête à ouvrir ses portes pour la première série d’offres de projets. En moins d’un mois, ils ont reçu un nombre écrasant de soumissions – près de 200, juste au moment où le virus Ébola a fait son apparition meurtrière en Guinée. Alors que d’autres organisations et agences commençaient à arrêter leurs opérations et à se retirer du pays, un groupe d’évaluation qui comprenait des représentants de gouvernements a examiné chaque proposition à l’aide d’un vaste critère de sélection, à la recherche d’excellents projets dans une multitude de très bons projets – ceux qui dégageait de la clarté, de la cohérence, de la viabilité et ainsi qu’un bon rendement.

« Notre première série de propositions a été extrêmement encourageant. Il a validé le pari initial que nous avions conclu par l’adoption d’un modèle d’octroi de subventions concurrentiel. Nous nous sommes dits, nous n’allons pas nous asseoir et définir des projets avec lesquels nous sommes satisfaits et ensuite demander à des partenaires locaux de les mettre en œuvre. Au lieu de cela, nous savons qu’il y a un réservoir d’expertise qui est sous-estime dans tout le pays, y compris aux niveaux local et préfectoral, à la fois pour concevoir et mettre en œuvre de grands programmes. Nous voulions exploiter ces connaissances latentes. En fin de compte, non seulement nous avons reçu beaucoup de bons projets, mais parmi eux se trouvaient aussi quelques très bonnes propositions.

« Au final, huit propositions ont été sélectionnées, recevant chacune une partie du budget du programme 2014 de subvention de la Fondation de 1,5 millions de dollars. « Ce qui m’excite le plus c’est que, parmi près de 200 soumissions de propositions, huit étaient d’excellentes qualité, mais chacune était très différente. Il y avait un projet de café. Un projet de sel solaire. Un projet de récolte du riz et bien d’autres. Ce que nous avons vu, c’est qu’il y a une grande variété de possibilités agricoles pour garantir une croissance continue en Guinée. Et ce n’est pas seulement dans le domaine de l’agriculture. Il y a de la capacité dans tout le pays et dans toutes les disciplines. Cela est très inspirationnel et ça devrait être une source d’espoir et de confiance pour la Guinée.

Osez Innover était le seul projet de son type, en soulignant sa reproductibilité. « Avec nos autres projets, le rendement financier était clair – nous investissons un fonds x afin d’obtenir un résultat de y. Ce que nous avons apprécié avec l’offre d’Osez Innover de proposition était son potentiel multiplicateur. En tant que Fondation, notre mode opératoire est un processus concurrentiel pour identifier les meilleurs projets et, ce faisant, nous avons identifié un autre processus concurrentiel. Osez Innover identifie les entreprises, participe à la création et à la promotion des entreprises, qui, évoluant, peuvent devenir bien plus que des entités économiques. Notre fondation tire effectivement tirer ce processus.”

Et lorsque j’ai demandé à Mark ce qui lui plaisait en particulier du partenariat de la Fondation Rio Tinto avec Osez Innover? « Au final, je suis un économiste. J’aime la puissance de l’esprit d’entreprise – c’est la force motrice derrière la quasi-totalité d’un développement soutenu. Autant que les premières étapes sont intrinsèquement sociales (vous devez avoir la santé et l’éducation afin d’aller de l’avant), vous n’allez jamais obtenir beaucoup plus si vous n’êtes pas concentré sur la libre entreprise, l’esprit d’entreprise ou le commerce, sous une forme ou une autre.

L’entrepreneuriat ne veut pas dire de devenir millionnaire. Cela signifie juste que vous voulez améliorer vos circonstances économiques personnelles. C’est dire que je veux faire quelque chose chaque jour pour aller de l’avant. Ça peut prendre des formes multiples. Alors que nos autres projets sont des projets solides qui prolongeront le soutien aux agriculteurs locaux – nous fournirons des semences améliorées, nous améliorerons l’accès à l’irrigation pour de meilleurs rendements – Osez Innover est d’autant plus impliquée parce qu’elle permet aux Guinéens de se tirer vers le haut et elle se concentre sur l’esprit d’entreprise comme le carburant du moteur économique de la Guinée – ce qui est extrêmement important.”

Et que dire d’Ébola? Tandis que la Guinée continue de mener sa bataille de santé publique contre le virus, le travail de pionnier entrepris par ce partenariat n’a jamais été plus important, à la fois pendant et dans un environnement économique post-Ébola.

« Le virus Ébola a peut-être accru l’importance de nos activités. Je suis étonné de ce que nos partenaires guinéens sont capables et prêts à faire dans des circonstances extrêmement difficiles. Pas un de nos partenaires ne pouvait anticiper la menace d’Ébola qui n’avait jamais été considéré comme un risque mais pour l’instant, aucun d’eux ne nous a abandonné. Ils continuent leurs activités dans des circonstances très difficiles, ce qui fait d’eux des partenaires fantastiques. Pour nous aussi, il n’a jamais été question d’arrêter à cause d’Ébola. L’attention de la Fondation s’adapte aux circonstances de son environnement, plutôt que d’éviter les circonstances.”

Et comme Osez Innover démarre ses programmes de l’année 2015, rendus possible par la Fondation Rio Tinto, les graines d’un engagement légendaire ont été semées pour les générations à venir. Pour les futurs entrepreneurs à venir, pour les futurs enfants de la Guinée, les jeunes – prenez votre courage à deux mains, levez-vous et ralliez-vous à notre mouvement!

 

Hilary Braseth
RPCV – Guinée (2011-2014)