Nos Entrepreneurs – Guinée

Nos Entrepreneurs – Guinée

AliaAlia Haba est un natif de la ville de Kindia, un ancien joueur de football à la retraite et un entrepreneur. Il a d’abord été attiré par l’esprit d’entreprise après avoir obtenu un diplôme en chimie de l’Université de Kindia. Depuis, dit-il, « mon rêve [a été] de créer ma propre entreprise à succès. » En Suivant les conseils de son père, directeur d’une école primaire locale, il s’est forme à l’entrepreneuriat autant qu’il le pouvait, et en 2013, il a été admis à la Conférence Osez Innover pour l’entrepreneuriat social.
Lors de la Conférence, Alia s’est concentré sur un manque d’assainissement et sur une abondance d’insectes. En utilisant $300 dollars en financement de départ, il a créé le service Hygiène et Prévention (SHP) avec l’objectif d’aider les ménages, les entreprises, les hôpitaux et les hôtels à maintenir un environnement sécurisé et propre grâce à ses services de nettoyage.

AliouApres avoir obtenu un diplôme en médecine vétérinaire à l’Université de Dalaba en 2012, Aliou a eu quelques stages vétérinaires, mais aucun n’a conduit à un emploi à temps plein. Déterminé à forger son propre avenir, il a participé à la Conférence Osez Innover pour l’entrepreneuriat social. La passion d’Aliou pour la médecine vétérinaire et pour l’amélioration des conditions socio-économiques de sa ville natale l’ont guidée dans son étude de marché. Il a identifié une demande croissante pour des soins vétérinaires de qualité dans les villages environnants de Pita et a finalement décidé d’ouvrir la première clinique vétérinaire mobile de Pita, qui fournit les services médicaux à moindre cout pour les agriculteurs.

Avec l’obtention du deuxième prix avec 25% du financement de ses fonds de démarrage totalisant $1350 dollars, il a travaillé dur pour réduire ses dépenses initiales tout en honorant sa proposition de valeur d’origine afin de d’ouvrir son entreprise rapidement et efficacement. « Il a été très utile de commencer petit”, dit Aliou, « parce que j’ai réduit mes coûts d’opérations. Il sera plus facile pour moi de voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Je peux utiliser cette expérience quand je décide que je suis prêt à étendre mes activités.» Depuis sa formation à Osez Innover et à travers sa propre détermination personnelle, Aliou a évolué non seulement en un entrepreneur social responsable, mais il est devenu un phare de changement au sein de sa communauté.

YoussoufYoussouf Barry est un diplômé de l’Université Supérieure Valéry Giscard d’Einstein en Agriculture et de l’Institut vétérinaire à Faranah (VAIS-VGE / F). Là, il a reçu son diplôme en économie rurale avec une concentration en gestion de comptabilité. Il est le chef du suivi et de l’évaluation pour le Centre d’éducation civique et électorale à Kindia (CECE / K). Il est un membre actif de la société civile en tant que président de l’Association pour les Citoyens Responsables du Développement Communautaire (AACEDEC), et un membre du Lions club local.

Barry est entré dans la compétition Osez Innover en 2013 après avoir terminé le programme de formation de l’entrepreneuriat jeunesse avec AGUIDEP. Le plan d’affaires social de Barry pour une culture de bananes et la production organique a remporté $1,200 pour son financement de départ. L’entreprise est actuellement au milieu de ses récoltes initiales. Barry dit ”après avoir participé au programme de formation de l’entreprenariat des jeunes, acquis des expériences personnelles, et accru mon réseau social, ma motivation et mon engagement pour créer une entreprise sociale se sont renforcés.”

IbrahimaIbrahim Camara est déjà un entrepreneur. Après son échec à s’inscrire à l’université, il a voyagé à Kamsar pour rester avec sa tante qui est une commerçante établie. Là, Camara a géré un grand magasin de vêtements. Attire par l’esprit d’entreprise depuis son enfance, Ibrahim a décidé de participer à la formation création d’entreprises et à la gestion avec l’agence 3AE / Entreprise à Kindia. Puis il s’est inscrit à l’Université de Labé, où il a obtenu un diplôme en mathématiques et compétences informatiques. Il a également remporté un concours organisé par l’ONG AGUIDEP à Kindia et son partenaire financier TRIAS pour le recrutement de deux jeunes techniciens en informatique, qui seront responsables de la formation et de la maintenance des outils informatiques pour l’ensemble des cinq structures partenaires de l’ONG TRIAS. Camara a depuis été retenu comme le principal gestionnaire d’un grand centre informatique dans la ville de Kindia, où il travaille à ce jour. Ibrahim pense qu’“une entreprise sociale est une organisation qui applique des stratégies commerciales afin d’améliorer le bien-être humain et qui fait de la maximisation des profits une stratégie secondaire. »

Ibrahim a participé à la Conférence Osez Innover pour l’entrepreneuriat social afin de formuler de nouvelles façons d’exploiter l’entrepreneuriat comme une solution aux problèmes de sa communauté. Lors de la Conférence, il s’est concentré sur le problème sanitaire du manque notoire de toilettes publiques dans la ville de Linsan. Son entreprise sociale, nommée Toilettes D’or (ou WC d’Or), offrent des toilettes de compostage hygiéniques pour lesquelles il a remporté la première place, et $5800 dollars de fonds à la Compétition Osez Innover. Son entreprise est actuellement en cours d’élaboration.

Ansoumane

Ansoumane Siaka Condé est né à Sinko dans la région forestière de la Guinée. Ingénieur Technologue Alimentaire de l’Institut Supérieur des Sciences et de Médecine Vétérinaire de Dalaba (ISSMV/D). Il habite à Dalaba, où il a reçu la formation en Esprit d’Entreprenariat et Anglais avec le Corps de la Paix de Guinée. Il a effectuéun stage sur l’installation Industrielle dans une industrie de fabrique de farine à Monrovia (Liberia).

Il donne des cours d’nformatiques en : Windows, Word, Excel, Access, et Powerpoint aux étudiants et professeurs à l’ISSMV/Dalaba, et a crée une entreprise de saisie-impression, vente de (CD, DCD, DVD, Clé USB).

Ansoumane Siaka Condé crois qu’avec l’entreprenariat social la Guinée multiple ses opportunités non-saisies. Les jeune entrepreneurs sociaux pourront sortir leur communauté et la Guinée desa pauvreté actuelle. Il est confiant qu’avec l’entreprenariat social, le Développement est possible en Guinée.

« Je crois qu’avec l’entreprenariat social la Guinée se multiple ses opportunités non-saisies, nous en tant que jeune entrepreneurs sociaux nous pourront sortir notre communauté, la Guinée, dans cette situation mal saine (pauvreté). Nous sommes confiant qu’avec l’entreprenariat social, le Développement est possible en Guinée. » déclare Ansoumane.

 

FatoumataLes femmes du quartier de Fatoumata vendent leurs produits au marché local, qui est situé sur le bord de l’autoroute de la capitale. Il est très difficile pour ces femmes de gérer leurs activités tout en gardant un œil sur leurs jeunes enfants qui courent le risque d’être frappé par un véhicule, ou de tomber malade en jouant dans les tas d’ordures qui polluent le marché. Dans le même temps, Fatoumata a réalisé que de nombreux enfants entrent à l’école sans connaitre leur alphabet, l’algèbre de base, ou comment réfléchir de façon créative. Ces enfants commencent leur éducation dans une situation désavantageuse qu’ils n’arrivent souvent pas à surmonter. Grâce à la Conférence Osez Innover pour l’entrepreneuriat social, Fatoumata a formulé une approche novatrice à la garderie qui permettrait à ces enfants d’avoir un environnement sûr et une expérience d’apprentissage unique et innovatrice.

Après avoir proposé son plan d’affaires à la Compétition, Fatoumata a remporté le prix Osez Innover équivalent à $2,650  dollars pour lancer son entreprise. Après moins d’un mois d’opérations, sa garderie a accueilli 82 enfants. Elle emploie deux autres jeunes femmes et cherche à étendre ce nombre. Avec l’aide d’AGUIDEP, elle a un système de gestion organisé. En quelques mois seulement, elle est passée d’une jeune femme, diplômée de l’université, découragée par le chômage, à un chef de file dans sa communauté et un entrepreneur social en mesure de subvenir à ses besoins ainsi qu’à d’autres.

 

AmadouII« La Source de Savoir » a ouvert ses portes en tant que centre de soutien scolaire à la fin de 2013 avec les $1,500 que Amadou “Douris » II Barry a remporté comme fonds de financement. Dans sa première année, Douris a aidé 29 étudiants à travers un soutien par tutorat. Dans sa deuxième année, Douris réinvesti ses bénéfices afin d’élargir ses activités en ouvrant une école primaire. Cette expansion lui a apporté un supplément de 50 étudiants – des jeunes esprits à former et à inspirer. Il se concentre sur la croissance de son entreprise de manière à satisfaire les besoins du marché.

 

PascalEtudiant diplômé en licence Informatique au centre universitaire de Labé (CULBE), Pascal Kolié réside à Dubreka, et est originaire de N’zérékoré. Il a suivi des formations en technique de montage et de gestion des projets avec l’ONG VAFDD, en technique de responsabilisation et de stratégie de mobilisation des jeunes et de l’entrepreneuriat avec les volontaires du Corps de la Paix en Guinée.En tant que jeune entrepreneur, son rêve est de créer une entreprise qui aura un impact national et dont les profits profiteront à laGuinée et à d’autre pays.
Koliepascal89@yahoo.fr

 

LamineOriginaire de Labé, Mamadou Lamine Baldé a été orienté au Centre Universitaire de Labé où il a obtenu un diplôme de maitrise en Administration Générale. Ensuite il a bénéficié d’une formation complémentaire en Gestion/comptabilité/Informatique à l’institut d’expertise de Management de Dakar.

De retour en Guinée, il a eu l’opportunité de participer à beaucoup de stages de perfection dans des projets et ONG’s diverses telles que PSI –Guinée, CAM (Club des Amis du Monde), A-Forde-Guinée, CPTAF, NANTES-Guinée. En Janvier 2010, il a été employé par le projet Nantes-Guinée qui appui la mise en place des mutuelles de santé en Moyenne-Guinée comme Agent de Terrain, responsable de la zone de Labé et de Dalaba. A travers cet projet, il a bénéficié de beaucoup de formation en Marketing/Management, Animation sociale, gestion, et montage de projet, calcul assuranciel, étude de faisabilité, enquêtes de satisfaction, etc. et des logiciels comme Excel, Sage Sari, SPSS et des voyages d’études et d’échange d’expérience en Guinée et dans la sous-région.

Il a également participé à la formation sur l’entrepreneuriat initié par le Corps de la Paix en Guinée. Actuellement il travail en qualité d’Assistant Technique de Mutuelle de Santé avec « ONAM » (Organisation Nationale d’Appui à la Mutualité en Guinée) .

Mamadou Lamine Baldé se dit prêt à devenir un entrepreneur social, parce que son objectif est d’être autonome en créant sa propre entreprise à fin de contribuer d’une manière positive au développement de sa communauté par la création de l’emploi pour les autres.

 

HimyNé à Conakry, Himy Touré vit actuellement avec sa famille à Dubréka. Etudiant diplômé en Gestion des petites et moyennes entreprises « PME » au Centre Universitaire de Labé Session 2010-2013, il a suivi des formations en montage et analyse des projets privés et communautaire avec PRIDE Formation, et en méthode et technique de recherche d’emplois, sans parler de la formation en entreprenariat jeune avec les volontaires du Corps de la Paix Guinée.

Il a participe à la Conférence Osez Innover pour l’entreprenariat social et es également en stage à la Direction Nationale des Impôts de Guinée section Matam.

Pour Himy Touré: « Un entrepreneur social est celui qui voit des possibilités lorsque les autres ne voient que des problèmes; il voit le chemin à prendre lorsque les autres ne voient que la confusion et prend l’initiative de transformer les problèmes des autres en opportunités d’affaires rentables. »

 

AbdoulayeAbdoulaye Barry est né à Dalaba mais ils a effectué ses études primaires et secondaires dans la commune de Mamou. Etudiant en situation de thèse de mémoirede à l’ISSMV/Dalaba au département T.C.P.A, il est très ravi d’apprendre sur l’entreprenariat social parce que ça lui permettra de s’auto employer et d’aider sa communauté tout en renforçant le tissu social.


SouleymaneCamara Souleymane Aissata était diplômé en Lettres Modernes au (CUK) Centre Universitaire de Kindia en 2012. Il est actuellement le gérant propriétaire principale d’une salle de jeux pour les enfants à Kindia. A même temps, il donne les formations sur le pack-office dans le centre de prestation Camara et Frères. Il constate, « Un entrepreneur social est un individu exceptionnel qui ose rêver et tester la responsabilité d’une idée novatrice qui n’a pas encore été expérimentée, visant un changement social positif, et qui changent leurs rêves en réalité »

 

SackoSacko Mohamed Lamine était orienté à l’ISSEG (Institut Supérieur des Sciences et l’Education de Guinée) dans La filière Maths-physique à Conakry. Ensuite, il s’inscrit à l’ISFAD (Institut Supérieur de Formation à Distance) dans la filière économie finance à la direction régionale de Conakry. Il a une bonne idée des opérations des institutions de micro-finance à travers des stages avec FINADEV et CAFODEC. Il a suivi le cours informatique en : Windows, Word, Excel et Internet au CECOJE (Centre d’Ecoute de Conseil et d’Orientation pour Jeunes), suivi des formations en cours d’anglais, Montage de Projet, technique de recherche d’emplois et L’entreprenariat jeune avec les volontaires du corps de la paix Guinée et le Chef du CECOJE. Il dit, « Je suis prêt pour devenir un entrepreneur social, parce que mon objectif est d’être autonome en ayant ma propre entreprise avec laquelle je vais satisfaire les besoins de la communauté sans pour autant menacer son environnement et créer de l’emploi pour d’autres personnes. »
MamadouAlphaNé à Mali; Mamadou Alpha 2 Diallo s’inscrit à l’institut Supérieur des Sciences et de Médicine Vétérinaire de Dalaba (ISSMV/D) pour étudier la médicine Vétérinaire après l’obtention de son baccalauréat. Ensuite, il effectué des stages dans certaines cliniques du pays et même au Sénégal (Kédougou). Durant ses études universitaires, il avait adhéré à beaucoup d’associations des jeunes dans lesquelles, il a reçu des formations sur (le leadership, les techniques d’animation) et avec le CECOJE sur les maladies transmissibles. Présentement, ilest en situation de mémoire.

En ce qui concerne l’entreprenariat, il a suivi deux cours d’entreprenariat, et quelque cours similaires comme l’étude de projet, l’esprit d’entreprise, l’économie Rural et sociologie rurale etc. Pour lui l’entreprenariat est l’élément indispensable pour se sortir de la pauvreté.

Grace au mouvement Osez Innover, Mamadou Alpha 2 Diallo se dit prêt à être parmi les jeunes qui vont sortir la Guinée du sous-développement en créant des petites entreprises capable de résoudre les problèmes de la Communautés.

 

AlphaElhadj Alpha Oumar Barry est né en 1989 et est originaire de Kindia. Après des études primaires, il continue ses études secondaires et du lycée au Sénégal. Il rentre dans son pays d’origine en 2010, où il obtient son baccalauréat unique avant de rentrer à l’université de Foulayah Kindia (Faculté des Langues et des Lettres). Département des Sciences du Langage. Il est passionné par la littérature et l’entrepreunariat social.

 

RamataBah Ramata est diplômée en licence Département MIAGE (Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises) au CULBE (Centre Universitaire de Labé). Originaire de Pita, elle vit actuellement à Conakry où elle gère une petite boutique. « Je suis prête à être une entrepreneuse sociale parce que mon objectif est d’aider mon pays à lutter contre le chômage» dit Mademoiselle Bah.

 

DeenNé le 17 août, 1985 à Dabola, Siradjou Deen Barry effectue ses études primaires et secondaires à Conakry. Présentement à l’Institut Supérieur des Sciences et Médecine Vétérinaire de Dalaba, il a fait son stage à l’office notion de contrôle de qualité à Matoto. Il a également suivi des formations en sociologie rurale, Entreprenariat, Esprit d’entreprise, Etude de projet, Nutrition Fondamental et l’Anglais avec les volontaires du Corps de la Paix.

Il exploite actuellement un domaine agricole d’un demi-hectare avec deux autres amis à Dalaba où ils produisent et vendent des légumes (choux, tomates, pomme de terre, haricot…). L’entreprenariat social est pour lui le tremplin pour commencer une nouvelle vie dans l’initiative privée et les actions sociales.

 

HamidouHamidou est diplômé en licence Informatique au CULBE (Centre Universitaire de Labé). Fils natal de Dinguiraye habitant actuellement à Kankan, il a déjà entreprisla création d’une boulangerie de Confection du Pain à Kankan et a suivi des cours d’entreprenariat avec le Corps de la Paix en Guinée au Centre Universitaire de Labé. Il aime lInformatique et faire des recherches sur Internet. D’après Hamidou Sadjo Bah: « Je serai heureux d’être un entrepreneur social car avec l’entreprenariat social je rendrai service à tout une communauté qui permette de diminuer le nombre de chômage et la pauvreté. Donc, je participerai au développement de mon pays, la Guinée. »

 

TossokereSow Abdourahamane Tossokéré est diplômé en MIAGE (Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises) au Centre Universitaires de Labé (CULBE). Il est né à Tossokéré (Telimélé) où il a fait l’école primaire ensuite il a fait le collège et lycée à Conakry. Il a suivi les cours Informatiques : Windows, Word, Excel, Réseau Informatique et Base de Données sous Acces etc. En plus il a suivi l’entreprenariat jeune et la recherche d’emploi avec les volontaires du Corps de la Paix en Guinée. Il dit « L’entreprenariat social est important pour la Guinée parce que la jeunesse guinéenne est en besoin d’emploi car les 61% des chômeurs sont des jeunes diplômés. Et il se fixe comme objectif d’être un grand entrepreneur social afin de contribuer au développement socio-économique de la Guinée. »

 

DjibaPrésentement à Banian (Préfecture de Faranah). Etudiant diplômé en Licence physique du centre Universitaire de N’Zérékoré (2008-2011). Djiba Doukouré estmaintenancier en système télécommunication, et fabriquedes moteurs électriques (Alternateur) ; les automobiles, les avions, etc.

« Je suis engagé en Entreprenariat juste pour relever les défis de mon pays et aider la communauté » dit Djiba Doukouré.


Boubacar