Aperçu des Activités de la Conférence Osez Innover 2015 sur l’Entreprenariat Social

Il y a trois semaines, 25 jeunes de différentes régions en Guinée on rejoint les fermes FABIK à l’extérieur de la ville de Kindia pour assister à la Conférence programmée cette année. Pour, cet évènement a une valeur sentimentale et représente le symbole de la ténacité de notre organisation car elle avait dû être annulée en 2014 à cause des risques sanitaires que présentaient l’épidémie d’Ebola. Osez Innover est là encore pour avoir un impact positif sur la vie des jeunes guinéens.

« J’ai été extrêmement émue de voir cette ferveur de la part des participants », a déclaré Wiatta Thomas, l’une des fondatrices de l’organisation et actuelle conseillère stratégique en Guinée. « Ces jeunes étaient motivés et heureux d’être choisis pour faire partie de la Conférence que nous avons organisé et à se réunir dans la ferme de Kondoyah. Ils étaient heureux que quelqu’un leur ait dit « oui » — oui, vous êtes important pour le développement de votre pays, oui vos efforts et vos capacités sont admirables. »

Vivre dans une ferme pendant une semaine et rester isolé de l’effervescence de la vie dans les grandes villes étaient un répit bienvenu pour les participants. Comme l’a dit un participant, « la chance de venir à ce magnifique endroit loin de la ville est une opportunité que j’ai rarement le temps d’apprécier. La possibilité de s’asseoir et de réfléchir sans stress et sans bruit est très agréable. »

Pour la deuxième session de la Conférence, nous avons effectué quelques changements dans le programme, plus particulièrement l’entretien préliminaire de motivation. Cette année, l’entretien inclus plus de faits sur l’histoire de l’Afrique et le développement dans son ensemble. Nos animateurs ont discuté de l’histoire précoloniale, et postcoloniale, et nous avons demandé aux participants de se renseigner pour découvrir leurs origines. Nous avons exploré les royaumes africains, la conquête africaine de l’Espagne (qui a conduit à la renaissance en Europe), Tombouctou comme le centre du monde durant le moyen-âge européen et Mansa Musa, un africain, qui aurait été, a une certaine époque, l’homme le plus riche sur terre.

La Conférence a également souligné le fait que l’on retrouve une trace africaine sur tous les continents. L’Afrique a aujourd’hui les 7 pays avec les taux de croissance économiques les plus élevées du monde. Le continent va représenter le plus grand marché du travail d’ici 2020 avec la population la plus jeune du monde.

Ce paysage établit une fondation en faveur de nos participants à la Conférence qui va sans doute leur permettre de sauter des étapes dans l’histoire.

« Nous avons ajouté cet aspect historique afin de donner à nos participants une meilleure vision des possibilités existent en Afrique et de leur donner des perspectives plus positives sur leur continent », a déclaré Wiatta. « L’effet a été transformateur — ils étaient tous stupéfaits. La plupart ne savais pas que l’Afrique avait accompli des choses si incroyables dans l’histoire du monde, ni que l’investissement en Afrique est une énorme tendance internationale. Ils ne comprenaient pas le paysage des opportunités qu’ils ont en tant que jeunes africains. L’influence souvent négative de la couverture médiatique sur l’Afrique et le fait d’être les témoins et les victimes des échecs économiques de leurs pays leur a mis un voile sur le potentiel dont ils bénéficient. C’était incroyable de voir les regards de nos participants lorsqu’ils discutaient de la fierté qu’ils devaient avoir du simple fait d’être africain. »

L’un nous a dit : « je ne savais pas que l’Afrique a une histoire aussi riche. J’ai jamais réalisé que nous sommes les ancêtres de rois et que nous avons eu un effet sur le développement de l’Europe. Je suis très touche car pendant si longtemps on nous a dit que nous sommes faibles, pauvres et incapables. Mais nous sommes forts et capables. »

Après le troisième jour de la Conférence, les jeunes ont commencé à se rassembler de leur propre gré pendant une heure chaque nuit pour examiner comment ils pourraient travailler ensemble pour changer le pays. Ils ont nommé leur mouvement « Osez 27 » en l’honneur d’un événement important dans l’histoire de la Guinée. Ils se sont tous engages à être des agents de changement et des innovateurs sociaux.

L’un des autres faits saillants de la Conférence comprenaient des sessions facultatives le matin (avant le début de classes du jour) pour créer un journal d’activités, des exercices physiques, et des excursions méditatives qui se concentrent sur les aspirations des élevés. Tout le monde y a participé assidument et a permis d’ouvrir le débat sur les vulnérabilités et les défis personnels de chacun.

« Ca a vraiment créé une atmosphère d’unité et de connexion, ainsi que de partage, » a déclare Wiatta, « des éléments qui, par ailleurs, apparaissent comme des éléments contre nature dans la société guinéenne malheureusement. »

Au-delà de ces matinées, notre Salon de l’Entrepreneuriat Social a également eu un énorme succès. « Les présentateurs ont offert de magnifiques présentations extrêmement motivantes sur leurs parcours personnels, sur les obstacles qu’ils ont surmonté dans le démarrage de leurs affaires, et surtout, pourquoi l’entreprenariat social est la réponse au développement durable, » a déclaré Wiatta.

Comme l’a dit un participant, « après avoir entendu le témoignage de M. Camara [propriétaire de Camara Yaourt qui a quitté son entreprise pour joindre le secteur bancaire et qui dit que c’était la pire décision de sa vie]. Il est revenu à son entreprise et a fait des millions depuis. Je suis totalement convaincu que l’entrepreneuriat est l’avenir et la façon de changer ma vie et celle de mes amis et de ma famille. Je ne vais plus jamais perdre mon temps à la recherche d’un nouvel emploi. »

Nous avons également pu inviter trois de nos gagnants de la Conférence de 2013 pour faire part de leur expérience au Salon. C’était un renfort dynamique de montrer aux participants que leur réussite dans cette formation pourrait véritablement transformer leurs rêves en de véritables entreprises.

« Les trois gagnants de 2013 qui, au départ, ne voulaient rester qu’une journée sont finalement restes plus longtemps pour examiner les projets et les idées des nouveaux candidats. Tous nos présentateurs n’avaient pas réellement entendu parler de Osez Innover mais ils ont été particulièrement impressionnes par l’existence d’une ONG en Guinée qui opère si différemment et apporte un réel impact social. Plusieurs d’entre eux ont proposé de financer certaines des idées qui ont été présentées, » a déclaré Wiatta. « Les présentateurs ont aussi un réseau professionnel dont ils ont fait profiter les jeunes ce qui représente un excellent exemple de l’environnement propice que Osez Innover favorise pour l’entreprenariat des jeunes. »

À l’heure actuelle, la période de recherche et de développement est en cours. Elle est caractérisée par les excellentes relations entre les mentors et les participants mais aussi par plus de formation et de coaching des possibilités.

« Avoir un personnel nous a permis de fournir plus de soutien personnalisé pour tous nos participants afin de développer leurs idées. Nous appelons chacun d’entre eux une fois par semaine et nous avons tenu notre première journée « portes ouvertes » à Conakry pour que les visiteurs puissent nous poser des questions et recevoir un coaching individuel, » a déclaré Wiatta.

Dans l’ensemble, la Conférence de cette année a été un succès et génère déjà un impact très positif. Comme l’a dit un participant, « je crois que ce groupe est un groupe d’esprits très brillants et nous allons nous efforcer de changer ce pays. Vous tous [Osez Innover] nous avez fait croire que tout est possible et que nous sommes capables de construire notre pays et notre avenir et nous allons le faire. Nous n’allons pas vous décevoir, nous n’allons pas vous décevoir. »

Pour l’instant, nous souhaitons à nos entrepreneurs qu’ils continuent à renforcer leurs plans d’affaires et leurs présentations — et pour l’ensemble de la communauté, le plus excitant est encore à venir lorsque nous allons démarrer la Compétition dans quelques semaines !

 


Hilary Braseth est une fondatrice et Vice-Présidente du Conseil d’Administration d’Oser Innover Conseil. Elle travaille actuellement dans le domaine de l’innovation sociale et de la mise en œuvre Cabinet de Conseil à San Francisco, CA. En bref, Hilary croit en les relations humaines et la collaboration intersectorielle comme le moyen le plus viable pour creer un avenir durable — et que sans la poursuite intentionnelle de la conscience de soi, notre société ne progressera pas. Hilary est une ancienne volontaire du Corps de la Paix en Guinée, où elle a travaillé dans la gestion des déchets et le recyclage, l’écotourisme, l’esprit d’entreprise et l’autonomisation. Elle a eu la chance d’essayer plusieurs chapeaux différents dans sa vie : du volontariat dans l’après-Katrina de la Nouvelle-Orléans, à chanter sur scène a cappella, à creuser dans une décharge guinéenne, ou à arpenter les couloirs du Congrès. Hilary adore l’eau et ne s’impose aucunes limites.