Agropreneurs africains nourrir le monde

Tout récemment, l’Africa Progress Panel a publié une infographie affichant comment la population mondiale croissante se traduira en termes d’exigences alimentaires – et les résultats de la recherche pourraient vous choquer. Ils m’ont certainement donne à réfléchir sur un avenir inquiétant.

En 2050, dans 35 ans seulement, il est prévu que la demande alimentaire mondiale augmentera de 70%.

Alors, d’où est-ce que toute cette nourriture va venir? Il y a déjà 23 millions d’enfants qui vont à l’école le ventre vide en Afrique seulement. Comment allons-nous être en mesure de nourrir et de soutenir une population beaucoup plus grande et en croissance continue?

Il y a une lueur d’espoir! Cet espoir vient sous la forme de l’innovation, des technologies améliorées, des programmes de formation, et en premier lieu des agropreneurs – des entrepreneurs agricoles durables, avec les compétences en affaires nécessaires pour tirer parti des chaînes de valeur et gérer des entreprises agricoles adaptées et durables.

Le vaste paysage agricole de la Guinée reste étonnamment sous-utilisé. Selon la Banque mondiale, 58% des terres en Guinée sont arables. Pourtant, en 2011, la valeur ajoutée agricole par travailleur de la Guinée (une mesure de la productivité agricole) était classée parmi les trois plus faibles sur 146 pays. Comme le National Geographic l’a exposé, malgré le fait de posséder près d’un quart des terres agricoles du monde, les cultivateurs en Afrique n’enregistrent seulement qu’un sixième de la capacité de production par rapport à celles des États-Unis, de la Chine, ou de la zone Euro. Cet écart n’est pas attribuable à des terres peu fertiles mais plutôt à un manque d’innovation, de gestion et de formation.

Au Mali, la Banque mondiale et le Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest ont pris cette vérité à cœur. Grâce à leur programme pilote, « plus de 175,000 agriculteurs ont pu améliorer leur productivité de 30 % en moyenne et leurs revenus de 34 %. » Le chef de mission de la Banque mondiale chargé de ce programme cite la formation et l’introduction de technologies innovatrices comme des facteurs déterminants à l’immense succès du projet pilote.

Osez Innover vie à l’intersection des pressions sociales et des solutions économiques – tirant parti de l’entrepreneuriat social comme moyen pour l’autonomisation et le développement durable. Dans le cadre de notre conférence de 2013 pour l’entrepreneuriat social, les participants avaient développé des entreprises sociales directement liées à l’agriculture et à l’insécurité alimentaire.

Pour rajouter de l’huile sur le feu des besoins alimentaires qui font rage sur le continent, en dépit de son énorme potentiel agricole, l’Afrique importe encore 35 milliards de dollars de produits alimentaires (en dehors des fruits de mer). Les agropreneurs africains ont le potentiel pour nourrir leurs communautés, leurs pays, le continent et le monde – ils ont simplement besoin de notre soutien et de notre partenariat afin d’initier ce changement.